Son premier bonsaï où trouver l’info pour le garder en vie

Ses premiers bonsaïs où trouver l’info pour le garder en vie

Bonsaï Érable de Japon - Acer Plamatum

Forêt d’Érable de Japon – Acer Palmatum

Pour profiter pleinement de vos bonsaï, mieux vaut avoir en tête quelques notions de physiologie végétale, culturale et technique de base.

Hachi-utsuri : harmonie entre la plante et le pot.

Tout d’abord, le bonsaï est une œuvre d’art vivante intégrant à la fois le contenant, « bon » le pot et le contenu « saï », la plante.

L’élément clé de l’évaluation de la beauté d’un bonsaï et de s’attacher à l’harmonie entre la plante et le pot que l’on désigne sous le terme de hachi-utsuri. C’est là une différence de taille avec toute autre culture en pot et le jardinage classique. Par exemple, il est de tradition de faire le choix de pots en terre non émaillée pour les bonsaïs au feuillage persistant ou on choisit généralement pour les bonsaïs caducs des pots vernissés à la surface brillante ou satiné. La couleur du pot doit aussi mettre le bonsaï en valeur, par exemple avec un vert ou un bleu pour un arbre aux fruits rouges ou feuillage rouge.

Les bonsaïs se contemplent de face, comme pour un tableau ou une sculpture.

Pin Sylvestre

Pin Sylvestre – pinus Sylvestris

Les bonsaïs en règle générale possèdent toujours un seul angle à contempler. Il s’agit de l’angle qui le met le mieux en valeur. Le bonsaï est cultivé pour être admiré de face. La disposition et le départ des racines à la base du tronc ( Nébari ), les motifs, courbes et dynamismes du tronc, la position des branches et la silhouette de l’arbre, entre autres, sont les éléments qui permettent de déterminer quel est le côté « face ». Cet angle n’a d’ailleurs rien d’immuable, il peut évoluer en fonction la maturité de l’arbre. Un bonsaï est un paysage, pouvant être créé exclusivement avec des ciseaux, par la taille (sentei) des branches et du tronc, les branches et les bourgeons restants sont cultivés pour donner de nouvelles ramifications, la répétition des opérations de taille permet de structurer le bonsaï. On peut aussi utiliser du fil de cuivre ou d’aluminium qui permet d’immobiliser les branches pour obtenir et contraindre l’arbre à la forme “idéale” bien que la recherche du naturel soit idéalement la meilleure des voies. On l’enroule en spirale avec un angle de 45° autour des branches, depuis la base vers l’extrémité. Il faut éviter de serrer trop fort, ce qui risquerait d’abîmer la branche, en ménageant un petit espace entre l’arbre et le fil. Le fil reste en place durant plusieurs mois, jusqu’à obtention de la forme souhaitée. Comme pour un tableau ou une sculpture que l’on admire de face, c’est technique sont utilisé en lieu et place des pinceaux et des burins.

Les bonsaïs s’admirent dans les expositions ou à l’intérieur.

Sambuscus Nigra - Sureaux Noir

Sambuscus Nigra – Sureaux Noirs

Le bonsaï, bien que cultivé à l’extérieur dans la majorité des cas, s’admire dans les expositions ou à l’intérieur pour de courtes durées. Au Japon, il orne dans un tokonoma, une alcôve décorative dans une pièce, ou trône sur une tablette ou parfois, directement posé sur un tatami, il agrémente de plus en plus souvent le salon, la cuisine ou un bureau. Au Japon, on se déchausse avant d’entrer dans une pièce. Dans le même esprit, le pied du bonsaï est recouvert de mousse afin de dissimuler le substrat, pour plus d’esthétique. Cependant, à la différence des plantes d’ornement, dite d’intérieur, le bonsaï demande à être mis au soleil et arrosé tous les jours, voire plusieurs fois par jour.

Le charme discret du bonsaï

Forêt d'orme a feuille de charme - Ulmus Carpinifolia

Forêt d’orme a feuille de charme – Ulmus Carpinifolia

Ma passion et mon plaisir dans la culture du bonsaï, c’est de pouvoir créer un arbre naturel comme dans un paysage, face à un bonsaï vénérable, on se perd dans la contemplation de l’arbre. On y voit le passage des saisons, le spectacle de la beauté de la nature comme le bruissement de l’air qui circule entre les branches, le respect du vivant au travers de la terre nourricière, la mère Nature dont l’obsolescence programmée par les êtres humains est gravée en nous se dressant sous nos yeux, nous rappellent notre lien profond à la l’univers, à la vie et à la mort.

Mes ressources qui m’ont permis d’acquérir une bonne base de connaissances.

Mame d'érable du Japon - Acer Palmautum

Mame d’érable du Japon – Acer Palmatum

Nombre de personnes que je côtoie m’ont demandé ce qu’il était advenu de mes premiers Bonsaïs, “Hervé ! Comment vous faites pour les garder en vie, le mien est mort en moins d’un mois ”. Et bien il n’y a rien de bien compliquer, il suffit d’avoir les bonnes infos pour réussir à les garder en vie, chercher et lire, échangé avec d’autre passionner. Je partage avec vous, quelques-unes de mes ressources qui m’ont permis d’acquérir la base des connaissances afin de créer et réaliser un grand nombre d’arbres depuis 1985.

Ne pas s’adresser au personnel des jardineries sans formation.

Bonsaï Érable Champêtre - Acer Campestris

Érable Champêtre – Acer Campestris

Lorsque l’on fait ou que l’on acquiert ses premiers bonsaïs, on ne sait pas trop quoi faire, où s’adresser pour le garder en vie, comment le soigner, l’arroser, le tailler, le rempoter. Toutes ses questions nous entraînent à faire beaucoup de recherches, le plus souvent, on commence par le personnel des jardineries, peut qualifier et sans formation dans le domaine, qui sont juste là, pour vous vendre les pseudo produits inadaptés à la culture de vos p’tits arbres.

La véritable bible du Bonsaïka. Bonsai Techniques de John Yoshio Naka.

Bonsaï Orme sur roche - Ulmus Carpinifolias

Orme sur roche – Ulmus Carpinifolias

Actuellement on trouve beaucoup de publications très complètes et très intéressantes sur Amazone, il y a, parmi une large sélection, le cahier de l’apprenti de Somm et les livres de Grandjean que je vous conseille, on trouve même encore le John NAKA, la véritable bible du Bonsaïka devenue rarissime, mais faites très attention, tous ne sont pas de très bons ouvrages ou les informations que l’on y trouve son souvent erronés ou inadaptés.

Sur la photo de gauche le premier arbre parmi 2 ou 3 encore vivants aujourd’hui, un Orme sur roche réaliser à partir d’une racine en 1985, l’ouvrage qui, pour ma part, fut une vraie révélation à cette époque, était le livre de Peter CHAN « La passion des bonsais »

Si vous ne le trouvez pas, prenez tout simplement sa réédition étant légèrement différente de la première version : Comment choisir, bien entretenir ou créer votre bonsaï, ou sa dernière édition de  2015, La bible des bonsaïs

Que vous soyez débutant ou amateur, vous allez passer maître dans l’art du bonsaï grâce à Peter Chan, professionnel et spécialiste de renommée mondiale qui vous dévoile aussi bien les techniques de base que les recettes ancestrales jalousement gardées. Des conseils pour avoir les plus beaux bonsaïs dits d’intérieur ou extérieur… Où acheter… Les bonnes affaires… Ce qu’il faut vérifier… Choisir un style, les secrets des maîtres. Ce qu’il faut faire et ne pas faire… Trucs et astuces… Le marcottage aérien… Rempoter… Fertiliser. Les principes pour créer, former un bonsaï.

Les ligatures… Le pincement… La taille… Restaurer… Mettre en valeur les techniques avancées. La culture en pleine terre… Créer une belle conicité… Savoir présenter un bonsaï identifié les problèmes. Les parasites… Les maladies Répertoire des plantes intérieures… Extérieur


Le vrai livre du débutant.

Pour vraiment débuter, le livre à avoir avant tous les autres, je vous conseille Le Cahier de l’apprenti de joseph Somm, complet, et actualiser aux nouvelles techniques. Ce manuel d’apprentissage comblera les attentes de tous ceux qui souhaitent s’initier très concrètement à la pratique du bonsaï. Comment installer les bonsaïs à l’intérieur ou à l’extérieur ? Quelles sont les espèces faciles ? Comment les nourrir, les arroser, les rempoter ? Pourquoi et comment les tailler ? Comment les mettre en forme ? Comment créer soi-même un bonsaï ? Avec quelles espèces ? Le néophyte mais aussi le pratiquant plus averti trouvera dans cet ouvrage une foule de renseignements précieux. Les bases horticoles tout comme les impératifs esthétiques y sont développés dans la perspective d’une pratique débutante sérieuse et authentique. 200 dessins et photos illustrent les explications techniques. Par son contenu dense, son style simple et concret, Bonsaï pratique, Cahiers de l’Apprenti est le manuel indispensable pour réussir dans cet art fascinant.

Bonsai – Nouvelle Présentation– Écrit par des experts, le guide indispensable pour acheter, planter, entretenir, soigner et mettre en scène ses bonsaïs d’intérieur et d’extérieur.
– Des fiches de culture très claires.
– Un catalogue illustré de plus de 100 espèces.

Pour aller plus loin.

Pour le soin et le diagnostic de vos p’tits arbres, il y a sans conteste un autre livre .de Joseph Somm  ” Vos Bonsaï en pleine forme “.  Lors de sa parution en 1995, cet ouvrage avait reçu un accueil enthousiaste de la part des amateurs et collectionneurs de bonsaï. Il comblait le besoin d’information sur la culture des bonsaïs face à une réputation de difficulté essentiellement due à la méconnaissance par les pratiquants des exigences horticoles de leurs protégés. Ce manuel pratique étudie les espèces d’arbres les plus courantes en bonsaï, leurs problèmes de santé, et fourmille d’informations techniques, botaniques ou horticoles. Conjuguant rigueur technique, clarté et simplicité du style, il met au service des fervents des arbres en pot les connaissances indispensables au développement de leur passion. Cette nouvelle édition a été entièrement revue, mise à jour et fortement augmentée. Ouvrage de référence, elle accompagnera sur le chemin de la réussite une nouvelle génération de passionnés.

 

J’ai constaté que l’on trouve encore la bible des Bonsaïkas “Bonsai Techniques de John Yoshio Naka” mais dépêchez-vous car il est rare de le trouver en vente. John Yoshio Naka, un illustre artiste du bonsaï décédé en 2004 que beaucoup d’amateurs connaissent a publié deux livres : Techniques du bonsaï 1 et Technique du bonsaï 2, devenus des références, même si depuis 1973, date de la publication du premier tome, de nombreux ouvrages ont été publiés sur les mêmes thèmes. Le premier tome s’adresse plutôt aux débutants, car il reprend les techniques de base de l’art du bonsaï, mais les amateurs plus aguerris pourront y trouver de quoi revoir leurs fondamentaux. La plupart des informations données sont toujours d’actualité, même si l’usage de la terre de jardin et du terreau est très controversé aujourd’hui.

Plus actuel, toute la collection des ouvrages de Grandjean qui sont d’excellents livres, bien conçus et très riches en informations sur les techniques actuelles, en voici la liste :

Le Bonsaï pas à pas : Principes fondamentaux pour pratiquer et réussir ses premiers bonsaïs. Se lancer dans l’aventure du bonsaï est une mission souvent périlleuse. Les déboires sont fréquents, et ces échecs ne vont pas sans gros regrets de n’avoir su conserver la vie à cette plante. Pourtant, un bonsaï ne réclame, comme attentions et savoir-faire pour le cultiver et le former, que ce qui est à la portée de chacun de nous. Ce livre est conçu spécialement pour l’amateur qui débute. Il a pour but de faire comprendre ce qu’est un bonsaï et comment l’entretenir au quotidien. Chaque sous-partie s’accompagne d’une série de QFP (questions fréquemment posées) qui met en situation les données théoriques et pratiques. Photos et dessins explicatifs en couleur viennent appuyer l’information. Enfin, des exemples simples montrent la prise en main de bonsaï du commerce et la création de bonsaïs à partir de plants de pépinières. Étape par étape, les indications permettent de créer son propre bonsaï… et de le garder en vie.

 

Et bien entendu le livre de François Jeker “ Les Bois morts de nos bonsaïs“ une véritable mine d’or pour le travail les bois morts de façon à obtenir un rendu des plus naturels. Les bois morts de nos arbres fascinent autant qu’ils dérangent. Ils déchaînent même les passions et certaines photos de cet ouvrage vont certainement alimenter la polémique. Ce livre répond sans ambages aux questions que se posent tout néophyte et tout amateur averti devant les bois morts de certains bonsaïs. Pourquoi ces bois morts? Est-ce naturel? Qu’est-ce que cela veut dire? Est-ce que ce n’est pas dangereux pour l’arbre? Comment entretenir un bois mort? Comment le créer, avec quels outils et quelles techniques? Quels sont les différents types de bois? Faut-il les travailler tous de la même façon? Ce livre, abondamment illustré, explique clairement, pas à pas, tous les gestes techniques indispensables et toutes les précautions à prendre. Il aborde aussi la dimension esthétique, artistique et philosophique des bois morts.

Pour réaliser vos bonsaïs à partir d’arbres autochtones, on trouve plusieurs ouvrages traitant du sujet comme “ La beauté des bonsaïs avec des arbres de nos forêts

Pour les amateurs de belles photos, voici un livre présentant les plus beaux bonsaïs d’Europe “Bonsaï Euro Top 30 : Les 30 plus beaux bonsaï d’Europe “de François Jeker. Les Journées d’Octobre à Mulhouse ont exposé les 30 plus beaux bonsaïs d’Europe en 2010. Exposition tout à fait exceptionnelle par la qualité des arbres, exceptionnelle aussi par la qualité de leur mise en scène. Le bonsaï est l’art du temps. C’est pour cela qu’un éclairage spécifique à chaque arbre évoquait une suite de petits moments éphémères de la vie d’un arbre, du lever du soleil à son coucher. Cet événement a attiré plus de 130 000 visiteurs. Dont de nombreuses délégations étrangères venues de toute l’Europe, mais aussi du Canada. Des USA. Des Caraïbes et de Colombie. Solita Rosade, Présidente de la WBFF (World Bossai Friendship Federation) à honorer cette exposition de sa présence. Ce livre est aussi l’occasion de briser quelques idées reçues sur le bonsaï. Ces arbres sont parfaitement vigoureux, vivent plus longtemps que leurs congénères qui vivent dans la nature et les amateurs qui les soignent sont d’abord des amoureux de la nature.

 

Il en existe encore beaucoup d’autres, mais déjà avec cette liste ci-dessus, vous aurez de quoi vous faire la main.

 


A propos de Hervé REVELARD

Horticulteurs et Floriculteurs de formation, artiste paysagiste passionné, aménagement, création et entretiens de parc et jardin depuis 2000, pratique aussi l'art du bonsaï en tant qu'amateur depuis 1986...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *